MADRID La Vuelta a San Juan en Argentine (du 27 janvier au 3 février), puisqu’elle a reçu la catégorie 2.1 de l’UCI en 2017, a trouvé sa place dans le calendrier comme point de départ de plusieurs chiffres (ce sera la première fois en 2019 carrière de Nairo Quintana ou de Julian Alaphilippe, par exemple). Un rendez-vous qui contribue également au développement du cyclisme dans ce pays d’Amérique du Sud.

“Je pense qu’il est très positif que l’Argentine réalise un bon test. Nous ne sommes peut-être pas beaucoup de professionnels, mais petit à petit, de plus en plus de jeunes se démarquent et espèrent avoir un bel avenir. Eduardo Sepúlveda, coureur de Rawson (dans la province de Chubut), cycliste de Movistar et l’un des deux coureurs argentins qui ont leur place dans le tour du monde avec Maximiliano Richeze ( Deceuninck).

Pour Sepulveda, à 27 ans, ce sera aussi sa première course de l’année, à laquelle il va avec un objectif clair. “Nairo Quintana et Richard Carapaz viennent en tant que leaders, je devrai soutenir l’équipe”, a-t-il déclaré, bien qu’il espère avoir l’occasion de briller. Coureur devenu cycliste sur les routes de Patagonie et excellent dans les programmes de développement de l’UCI avant de faire le saut dans le peloton européen.

Pour cette année, il espère pouvoir démontrer qu’il a encore de la place dans l’élite (“J’espère qu’une victoire sera remportée”), bien qu’il sache qu’il devra également travailler pour Movistar pour atteindre les objectifs. Après l’année dernière, ils n’ont pas réussi à se rencontrer dans les trois grands (du moins face au général). En cette année 2019, cela peut changer l’inertie: “Il est très important que cela change la chance, l’année dernière ne nous a pas accompagnés ces courses et nous allons travailler pour le rendre différent en 2019 et les leaders ont la possibilité de finir. ” (as.com)