MADRID L’Union Cycliste Internationale (UCI) a annoncé lundi que le cycliste colombien Jarlinson Pantano (Trek-Segafredo) avait été contrôlé “non négatif” par l’érythropoïétine (EPO) lors d’un contrôle effectué le 26 février, en dehors des compétitions.

Comme le décrit le plus haut niveau du cyclisme dans le monde, le contrôle a été effectué par la Fondation de cyclisme antidopage (CADF), un organisme indépendant nommé par l’UCI elle-même dans le cadre de sa stratégie de lutte contre le dopage dans le cyclisme.

L’érythroétine est une substance qui augmente la quantité de globules rouges dans le sang, facilitant l’échange d’oxygène dans le sang et, par conséquent, la résistance et la performance lors d’exercices d’aérobic.

Pantano a maintenant le droit de demander l’analyse de l’échantillon «B», connu sous le nom de contre-analyse, mais qui renvoie rarement un résultat différent de celui initial.

Conformément aux règles antidopage de l’UCI, le coureur a été provisoirement suspendu jusqu’à la résolution du problème.

Trek-Segafredo suspend le coureur

L’équipe US Trek-Segafredo, dans laquelle le cycliste colombien est actif depuis 2017, a été déçue par le positif et, en appliquant sa politique de tolérance zéro, a immédiatement suspendu Pantano.

“C’est une très grosse déception pour nous. Nous poursuivons la politique de tolérance zéro en matière de dopage et nous donnerons des informations plus détaillées ultérieurement”, a déclaré l’équipe dans un communiqué officiel.

“Nous maintenons nos cyclistes et notre personnel dans le respect des normes éthiques les plus strictes et agissons en conséquence”, expliquent-ils. (esciclismo.com)