QUITO L’Équateur a été laissé sans la XXXVI Cycling Tour parce que les manifestations ont été maintenues, ce qui a eu lieu après l’élimination de la subvention au carburant, a déclaré dimanche Oswaldo Hidalgo, président de la Fédération équatorienne de cyclisme (FEC).

“Malheureusement, les événements déjà annoncés pour la semaine prochaine (plus de protestations) nous amènent à prendre cette décision de suspendre la tournée”, a déclaré Hildago à Efe.

Le responsable a déclaré qu’il envisageait de commencer la Vuelta avec le différend de la quatrième étape mardi prochain, mais que “tant que les manifestations se poursuivront et que, comme cela ne sera pas résolu d’ici mardi, je pense que la meilleure décision est de le suspendre. , pour mettre fin à cette incertitude “.

Suspendu les première, deuxième et troisième étapes, prévues samedi, dimanche et lundi, le directeur a déclaré qu ‘”il y avait les cinq étapes minimales requises par le règlement”, qui passaient entre mardi et samedi à travers des villes de la région de la Sierra, où Ils gardent les manifestations.

Hidalgo a insisté sur le fait que tous les efforts avaient été déployés pour contester la Vuelta et qu’une UCI (Union cycliste internationale) de France et un curateur-directeur de nationalité cubaine étaient toujours en Équateur. Tout était prêt pour la compétition.

“Le circuit international attribue des points UCI, ce qui était donc très pratique pour l’Équateur puisque, selon les points remportés sur le circuit, les grades au sein de l’USI pourraient être améliorés pour gagner davantage de sièges aux Jeux olympiques (Tokyo 2020)” , a-t-il dit.

Hidalgo a indiqué qu’elle procédait avec les agences de voyages afin que les cyclistes étrangers puissent rentrer dans leur pays, car ceux qui ont réussi à atteindre l’Équateur se trouvent dans plusieurs villes, car ils ne pouvaient pas se rendre à la ville côtière de Guayaquil, où ils devaient commencer le concours

“La majeure partie de la caravane devait arriver à Guayaquil vendredi dernier lorsque la situation s’est un peu calmée, mais comme ce n’était pas possible, maintenant que les indigènes sont au chômage, ils sont bloqués à Tulcán”, a-t-il déclaré.

Les transporteurs ont suspendu la paralysie vendredi, à la moitié du week-end, alors que quelques bus travaillaient dans des villes comme Quito, où il y avait cependant un service de taxi.

Hidalgo a également indiqué qu’ils négociaient avec les hôtels sous contrat, ce qui avait été avancé de 50% à l’attention de la délégation comprenant quelque 280 personnes.

Cela, “pour voir si vous pouvez faire, dans environ quinze jours, une tournée nationale pour ne pas perdre cet investissement qui a été fait avec le soutien du ministère des Sports, de plusieurs municipalités et de la FEC”, a-t-il déclaré. (EFE)