MEXIQUE. Le Championnat panaméricain de cyclisme sur route, prévu du 3 au 5 mai à Hidalgo, constituera un paramètre pour les cyclistes mexicains en prévision des Jeux panaméricains de 2019 à Lima, où la mission est de surpasser la médaille d’argent obtenue à Toronto 2015.

Dans la modalité de parcours, Ignacio Prado, a remporté la médaille d’argent au rendez-vous régional canadien il ya quatre ans et à cette occasion, il est présumé que cela ira pour sa deuxième participation continentale dans la voie des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

La Fédération mexicaine de cyclisme, en charge d’Edgardo Hernández Chagoya, définira dans les prochains jours la liste officielle de l’équipe qui se rendra à l’événement Hidalgo, où les concurrents nationaux mesureront l’intrépide Colombien, la surprise chilienne et le combat argentin.

Le Guanajuatense Prado est jusqu’à présent le seul pilote ferme de la représentation nationale à se battre pour le podium et a gagné une place grâce à ses résultats sur la route lors de joutes internationales telles que la Vuelta a Guatemala, le Costa Rica et bien sûr au Mexique.

Hernández Chagoya a déclaré que le Championnat panaméricain sur route représente une opportunité pour le Mexique, car il aura les meilleurs concurrents de la région qui pousseront les locaux à élever leur niveau de compétition.

Il a indiqué qu’après le refus de Zacatecas d’organiser l’événement, Hidalgo avait pris l’initiative de créer une foire qui attribuerait des unités au classement olympique et nous espérons que les Mexicains iront sur le podium et récupéreront leurs unités. “Nous y allons avec une équipe ayant le niveau pour ce genre de joute. Ignacio Prado vise sans aucun doute sa meilleure performance et les résultats qu’il a obtenus récemment le placeraient en tant que finaliste. Il ne s’agit que de déterminer qui aller sur les tests de fond et qui sur la contre-montre “, at-il dit.

Les deux mille 400 mètres au-dessus du niveau de la mer dans lesquels se trouve Hidalgo représentent un supplément pour les concurrents locaux, car ils connaissent la région et pourraient arrêter les Colombiens qui viennent défendre la couronne.

Le directeur sportif a estimé qu’en plus du salon, il y aurait une plate-forme d’échange pour l’Union cycliste internationale UCI, où le Mexique est présent dans ce domaine pour analyser le développement du cyclisme en Amérique.

Cette réunion des dirigeants américains sera dirigée par le président de l’UCI, David Lappartient, ainsi que par le leader du cyclisme dans la région, le cubain José Manuel Peláez, président de la Confédération panaméricaine du cyclisme (Copaci). (Notimex)