ROME En souhaitant la bienvenue aux participants du congrès annuel de l’Union européenne de cyclisme, qui accueille l’Assemblée de la Confédération africaine de cyclisme, le pape François a exprimé sa satisfaction devant cette réunion. Tout d’abord, je voudrais remercier M. David Lappartient, Président de l’Union cycliste internationale, pour ses paroles.

Et il a souligné que la relation entre l’Église et le sport a une longue histoire qui, avec le temps, s’est progressivement consolidée, car le sport peut être d’une grande aide pour la croissance humaine, car il encourage à donner le meilleur de lui-même. , pour atteindre un certain but et parce qu’il éduque la constance, le sacrifice et le renoncement.

Après avoir évoqué, à titre d’exemple, l’entraînement long et exigeant ou l’observation d’une discipline de la vie exigeante, Francisco a affirmé que la pratique d’un sport nous apprend à ne pas nous décourager et à recommencer avec détermination après une défaite ou après d’une blessure. De ce fait, il devient souvent l’occasion d’exprimer avec enthousiasme la joie de vivre et la satisfaction d’avoir atteint un objectif.

Le pape leur a dit qu’il s’agissait d’un sport qui met en avant certaines vertus, telles que la résistance à la fatigue dans les longues et difficiles montées; le courage; l’intégrité dans le respect des règles, l’altruisme et le sens d’appartenance à une équipe. En fait, a-t-il poursuivi, si nous pensons à l’une des disciplines les plus répandues, le cyclisme sur route, nous voyons comment, pendant les courses, toute l’équipe travaille ensemble et doit souvent se sacrifier pour le capitaine. Et quand un partenaire traverse une période difficile, ce sont les autres membres de l’équipe qui le soutiennent et l’accompagnent. Et il a tracé un parallèle avec la vie, dans lequel il est nécessaire de cultiver un esprit d’altruisme, de générosité et de communauté pour aider ceux qui ont du retard et ont besoin d’aide pour atteindre un certain objectif.

C’est pourquoi il leur a dit que de nombreux cyclistes ont été des exemples, tant dans le sport que dans la vie, pour leur intégrité et leur cohérence, donnant le meilleur d’eux-mêmes en faisant du vélo. Oui, car dans leur carrière, ils ont réussi à combiner la force de l’esprit et la détermination pour remporter la victoire, mais aussi la solidarité et la joie de vivre, témoignant de la découverte du potentiel de l’être humain, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. et la beauté de vivre en communion avec les autres et avec la création.

“Les athlètes – a déclaré le Saint-Père – ont cette opportunité extraordinaire de transmettre à tous, en particulier aux jeunes, les valeurs positives de la vie et le désir de les passer à la réalisation d’objectifs ambitieux et nobles.”

En outre, Francisco a souligné l’importance pour tout sportif pratiquant de toujours savoir le pratiquer au service de la croissance et de l’épanouissement intégral de la personne.

Tandis que lorsque, au contraire, le sport devient une fin en soi et que la personne devient un outil au service d’intérêts tels que le prestige ou les avantages économiques, il existe “des désordres – dit-il – qui contaminent le sport”. Et il a orienté sa pensée vers le dopage, la malhonnêteté, le manque de respect pour soi-même et pour les adversaires ou la corruption même.

Revenant sur l’engagement de l’Eglise à écouter les jeunes, à prendre au sérieux leurs attentes, leurs manières d’exprimer leur désir de vivre et de s’épanouir, le Pape leur a dit que cela était également vrai pour eux. Et il a réaffirmé la nécessité “d’accompagner les nouvelles générations sans perdre de vue les traditions saines et la culture populaire qui, dans de nombreux pays du monde, accompagnent le cyclisme et ses champions”.

En faisant ses adieux à ces cyclistes professionnels, le Pontife leur a souhaité que pendant ces jours de réunion, ils accomplissent un travail fructueux et, tout en leur demandant de prier pour lui, il les bénit du fond du cœur. (vacannews.va)